Les jeunes au meeting de François Hollande le 23 avril à Lorient

Certains disent « ce n’est pas grâce à la politique que l’on va changer les choses ». Au contraire, c’est bel et bien la politique qui va impulser le changement.
On n’est pas prêt de sortir de la crise si on ne fait que de la rigueur. C’est pour ça qu’il faut mener une politique en faveur de la croissance, de l’emploi, de la justice fiscale (réforme de la fiscalité, de l’impôt, de l’ISF, création d’une tranche d’imposition pour les très hauts revenus, etc…), sociale (bloquer le prix de loyers quand c’est nécessaire, bloquer le prix des carburants quand c’est nécessaire, remise en place d’une vraie progressivité de l’impôt, le droit de partir à la retraite à 60 ans si on a assez cotisé, etc…), de redonner sa place à la santé, de renforcer l’hôpital public, d’offrir aux jeunes générations un véritable avenir grâce à une éducation refondée, parce que c’est cette jeunesse qui représente l’avenir, les emplois de demain, etc …

François Hollande à Lorient le 23 avril

Le rôle d’un président de la République, c’est véritablement de placer au centre des enjeux politiques la formation des jeunes générations, qui représentent un taux de chômage malheureusement élevé. François Hollande n’a pas multiplié les promesses en l’air, il en a fait 60, et il les a chiffrées. Et il ne s’agit pas de dépenser plus, d’endetter d’avantage le pays, mais bien remettre sur pied, dans le bonne direction, de redresser nos finances, notre économie, de redonner de la confiance aux français dans ce pays qui est un grand pays : la France.

Alors, c’est justement en se mobilisant, en agissant par la politique, en exprimant son vote le 6 mai, en s’investissant sur le terrain, dans les associations, dans les mouvements politiques que l’on peut changer les choses, et pas en restant tranquillement assis derrière son écran d’ordinateur, de télé, ou de smartphone !

« On n’est pas prêt de sortir de la crise ! » disent certains, mais levez-vous, exprimez-vous car c’est par l’expression démocratique que l’on fait bouger les lignes, que l’on agit sur la vie des français et des françaises, et que l’on peut changer vraiment les choses.

Le 6 mai, je choisi le changement, je vote François Hollande !

Pourquoi le vote du 6 mai peut changer les choses !
Étiqueté avec :