Le sénateur avait, après l’arrestation de Dominique Strauss Kahn, tenu un discours très sévère, le qualifiant de « délinquant sexuel ». Aujourd’hui, devant les retournements de l’affaire DSK, il n’assume plus.

Ainsi, dès vendredi dernier, en direct sur BFM TV, Bernard Debré a donc dû faire un rétropédalage en beauté, accompagné d’un beau mea culpa. Mais comme on dit, les paroles s’envolent, et les écrits restent. Il avait donc posté ses propos sur son blog. J’utilise ici le passé, parce qu’il vient de supprimer l’article, mais, parce qu’il ne faut pas oublier, je vous cite l’article exact avant sa suppression :

« Vous étiez secrétaire général du FMI. Un poste fondamental dans l’état actuel du monde en crise économique.
Vous postuliez pour la Présidence de la République Française et les sondages vous donnaient favori.
Mais  depuis quelques temps déjà, votre attitude vis à vis de l’argent gênait  le monde; ryad au Maroc, voiture de luxe, appartements parisiens dans  les quartiers les plus huppés; cette attitude « bling bling » ternissait  votre image.
Il était connu de beaucoup que vous aviez des  attitudes sexuelles débridées, en France, en Belgique. Les choses étant  connues, les participants à ces parties fines s’en vantaient, mais la  France est tolérante, trop tolérante. Beaucoup de vos amis vous avaient  dit, semble-t-il, qu’il fallait vous calmer et certains pensaient que  vous aviez compris. Une alerte aux USA vous avait quasiment disqualifié  même si votre épouse vous avait pardonné, pour faire pleurer dans les  chaumières.
Voici maintenant que vous êtes arrêté aux États-Unis  pour violences sexuelles, la honte. Vous saviez que la France était  tolérante et, à tort, laissait la vie privée en dehors de la politique.  Mitterrand et ses deux épouses, dont témoignent ses deux vies. L’Etat a  beaucoup payé pour la famille illégitime pendant 14 ans, des milliers  d’euros ont été dépensés pour les héberger et les faire vivre.
Mais trop c’est trop, vous avez humilié la France! Vous l’avez ridiculisée.
Les socialistes qui vous faisaient confiance doivent être rouges de honte et de fureur.
Vous  allez peut être être condamné à une peine de prison. Bravo! Vous allez  peut être devoir payer une caution, vous avez suffisamment d’argent.
Quand  vous sortirez de prison, disparaissez dans votre ryad, ne vous  justifiez pas, ne dites plus rien. Vous avez été une fausse valeur, un  obsédé sexuel, un escroc intellectuel. Vous avez sali votre pays.
Ce que je vous souhaite c’est maintenant de vous soigner, il existe des médicaments pour les délinquants sexuels.
J’ai honte car vos frasques risquent une nouvelle fois de donner des voix aux extrêmes.
Disparaissez et vite.
Pr. Bernard DEBRÉ
Ancien Ministre
Député de Paris »
Ils ont été peu nombreux à droite, à prendre le risque de réagir « du plus profond de leur coeur » au lendemain de l’affaire, et aujourd’hui, Bernard Debré s’en mord surement les doigts.
Je lui rappelle d’ailleurs, que les socialistes (et la gauche en général) n’a, au moment de « l’affaire Tron », fait aucune conclusion ative, préférant laisser la justice faire tranquillement son enquête, et rendre sa décision.
Bernard Debré n’assume pas ses propos
Étiqueté avec :