A l’heure qu’il est, Dominique Strauss Kahn est donc maintenu en détention aux Etats Unis. On entend donc les journalistes, dire ici ou là « Qui pour succéder à DSK aux primaires ? », et même poser directement la question de leur candidature à celles et ceux, qui sont socialistes, et qui viennent sur les plateaux de télévision.

Aujourd’hui, il n’est pas temps de se demander qui doit aller aux primaires comme candidat de substitution ou non à DSK.

Tous les leaders du PS ont d’ailleurs exprimés cette posture; que se soit Martine Aubry, Ségolène Royal, François Hollande, Benoît Hamon, Pierre Moscovici, Manuel Valls, etc …

Nous devons suivre, de loin, cette affaire DSK. Suivre, pour connaître la vérité, pour savoir ce qui s’est passé. Mais en France, nous devons aussi rester à l’écoute des Français, prêt à leur répondre, et maintenir aujourd’hui un calendrier qui, malgré l’absence présumée de Dominique Strauss Kahn, peut quand même nous permettre de gagner.

Dans quelques semaines, nous devrons lancer la campagne des primaires, où un candidat,  ou une candidate, devra parvenir à se faire entendre, et convaincre, et ainsi réunir la gauche derrière lui (ou elle), pour qu’à la Convention d’Investiture, le PS et son candidat (sa candidate) soit en marche, et puisse gagner en 2012.

Quant à DSK ? Si celui est innocent, comme il le dit (et après tout on a envie de le croire), alors il aura toute sa place dans le débat d’idée, voir dans les primaires. Quoi qu’il en soit, s’il est innocenté, il pourra rentrer sereinement pour participer à la victoire nécessaire de la gauche.

Pas l’heure des égo pour les primaires
Étiqueté avec :