« Quelle est, pour moi, la principale injustice dans notre pays ? C’est que celui qui travaille n’ait pas un véritable écart avec celui qui bénéficie des minima sociaux, a-t-il dit sur RMC et BFM TV. Cette situation-là est pour moi le cancer de la société française. »

Le ministre a fait un tollé avec sa sortie de ce 9 mai 2011 sur BFM TV, dans l’émission de Jean Jacques Bourdin. Alors que propose-t-il exactement ?

« En contrepartie du RSA, il faut que chacun assume, chaque semaine, cinq heures de service social »

Mr Wauquiez, vous pointez le doigt sur un problème en rappelant qu’un certain nombre de français, bénéficiaires des différents services de la protection sociale, profite du système, et cela a effectivement des conséquences négatives, évidemment pour le budget social, mais aussi, et c’est sans doute le plus grave, dans l’esprit des français, de la classe moyenne, qui peuvent voir effectivement des personnes gagner autant qu’eux avec ces aides sociales.

Mais en quoi, demander à celles et ceux qui bénéficie du RSA, d’assumer cinq heures de service social va-t-il régler ce problème ?! En aucun cas ! Pourquoi stigmatiser tous les bénéficiaires du RSA, alors seulement un petit nombre détourne le système ? Pourquoi toujours s’en prendre aux faibles ? Pourquoi toujours tirer vers le bas, ceux qui n’ont déjà pas grand chose, plutôt que de tirer vers le haut, ceux qui travaillent, et ne sont payés qu’à hauteur du Smic ?!!

Alors oui, il faut mettre en place des mesures, des méthodes afin de réduire sensiblement les « profiteurs ». Comment ? Exiger des bénéficiaires de ce RSA, un nombre minimum d’heures de travail par an, une vraie recherche d’un emploi stable, et à durée indéterminée, en communiquant d’avantage entre les services, en imposant des règles de cumul des aides sociales, en optant pour un contrôle des revenus du foyer, afin de s’assurer que ceux qui ont des salaires convenables ne touchent pas les mêmes sommes que les autres.

Il ne s’agit pas de créer des allocations sociales pour certains, sans revenus ou à revenus faibles ; mais il s’agit d’opter pour des allocations dépressives, en fonction des revenus du foyer. En effet, un certain nombre de français sont choqués de voir que certains, ayant des revenus plus qu’honorables, reçoivent autant d’allocations qu’une famille dont les revenus avoisines, ou sont inférieurs au Smic.

Alors oui, il y a des français choqués par l’utilisation des aides sociales, et surtout par le fait que certains touchent plus d’argent (grâce à cela) sans travailler, que eux qui ont pourtant un emploi à temps plein. Nous devons, nous la gauche, revaloriser le travail, et le rendre plus attractif, et surtout plus payant. Nous devons redonner un vrai intérêt au travail, pour que l’on gagne plus en travaillant, qu’au chômage.

Plutôt que de tirer encore plus vers le bas les personnes à faibles revenus, nous devons revaloriser les revenus du travail, et tirer vers le haut cette valeur travail, qui aujourd’hui crée des divisions, et des jalousies parmi nos concitoyens. La gauche doit redonner cet espoir aux français, et réorganiser la société, qui depuis dix ans de gouvernement de la droite, se porte de plus en plus mal. Comme le dit Pierre Moscovici dans son dernier ouvrage, 2012, c’est pour nous la « défaite interdite ».

Quand le ministre Wauquiez veut tirer vers le bas la protection sociale
Étiqueté avec :