Les cantonales, ce scrutin pour l’élection des conseillers généraux n’a véritablement pas sût intéresser, et mobiliser les français appelés aux urnes à s’y rendre justement !

L’abstention énorme

L’abstention a atteint un véritable record, comme le disent la plupart des journalistes et des sites web, avec 56% au niveau national. Comment expliquer ce résultat ? Plusieurs éléments détaillent cette problématique. Tout d’abord, l’absence médiatique d’informations sur ces cantonales, avant la soirée de dimanche, où les différentes chaines d’informations, et JT ont consacré une page importante de leurs émissions aux cantonales. Comment voulez vous que les français aillent voter si les médias ne jouent pas le jeu de l’information ? Mais ne mettons ce taux d’abstention seulement sur le dos des médias, l’Etat a aussi son rôle. En effet, dans bien des régions, les électeurs n’ont reçus que très tardivement (voir pas du tout ?) les habituelles enveloppes contenants les professions de foi, et bulletins de vote. Autre raison à ce manque d’intérêt des électeurs, c’est bien sur le fait que les cantonales ne concernent qu’un canton sur deux, rendant difficile la lisibilité de la campagne. Et enfin, il ne faut pas oublier que c’est la première fois que ces élections ne sont pas couplés  à une autre (régionales en 2004, municipales en 2008). C’est pour toutes ses raisons, et probablement d’autres, que les électeurs ne se sont pas déplacés en masse au premier tour, et qu’on s’attendre à une mobilisation sensiblement proche pour le second tour, dimanche prochain.

Le score du Front National

L’autre surprise importante,  capable de vous faire tomber de votre chaise lorsque vous l’entendez, c’est les scores du Front National, un peu partout en France, réalisant ici ou là des scores de 15, 20, 25%, devant l’UMP, et plus rarement devant le PS ! Comment l’UMP a-t-elle pu arriver là ? Comment a-t-elle pu se faire littéralement siphonner ses voix par le FN ? Alors oui, on peut se réjouir, nous socialiste, et Hommes de gauche du bon score du PS, avec ses 24.95%, mais il n’y a pourtant pas de quoi sauter au plafond. D’abord, parce qu’on aurait pu s’attendre à dépasser les 30%, ce n’est pas le cas. Et puis, il ne faut pas oublier le taux d’abstention. On ne peut pas véritable se réjouir de notre score, si seulement 44% des français (appelés à voter) se sont déplacés. Ramener à la totalité des français électeurs, il ne faut pas oublier qu’il s’agit de 44% de la moitié des électeurs inscrits (puisque seul un canton sur deux est renouvelable). Ensuite, les scores très serrés de l’UMP (16.97%) et du FN (15.06%) doit nous interpeller, et nous interroger. De toute évidence, le parti majoritaire, et le gouvernement, en menant des débats inutiles, montant les français les uns contre les autres, en effrayant les français par rapport aux révolutions arabes, etc … , ont permis aux idées du FN de trouver leur place dans le débat public. Le devoir d’un parti républicain, comme le PS mais aussi comme l’UMP, est de dire la VERITE ! Les révolutions arabes ne doivent pas nous effrayer, bien au contraire ! Mais je ne vais pas m’étendre sur le sujet ici, cela bénéficiera bientôt d’un article à part entière sur le blog.

Bref, nous nous devons de mettre tout en oeuvre pour faire barrage au Front National. Et, contrairement à JF Copé qui marche sur des oeufs, il y a des gens à l’UMP qui l’on comprit, et il faut les remercier : Nathalie Kosiusko Morizet, Jean Louis Borloo, et même François Fillon !

Une gauche rassemblée … ou presque

La gauche a réagit en union face à cette montée du FN. On a ainsi pu voir hier soir, à la même table, pour une conférence de presse, Martine Aubry (PS), Pierre Laurent (PCF), et Cécile Duflot (EELV), annoncer l’union sacrée de la gauche (à laquelle s’est associée ensuite le Parti Radical de Gauche), pour lutter contre le FN, et pour faire en sorte qu’il n’ait « aucun canton » au second tour.

Pour autant, il y a toujours un personnage, à gauche, qui agite et ne joue pas le jeu de l’union sacrée. C’est Jean Luc Mélanchon. Il a refusé hier soir, de participer à cette réunion, qu’il a qualifié de « soirée privée ». Pourquoi ce refus ? Probablement parce que Mr Mélanchon voit plus loin que dimanche prochain. Il faut rappeler qu’il espère bien obtenir l’investiture du Front de Gauche pour les présidentielles de l’an prochain. Il s’agit donc là d’une stratégie d’indépendance vis à vis du PS, dans la simple optique de convaincre les militants FG qu’il n’est pas d’extrème gauche quand ça l’arrange, et qu’il revient chez les socialistes au moment d’élections particulières. Il veut se montrer opposant du PS, et ainsi prendre à revers son associé dans le Front de Gauche, à savoir le Parti Communiste, qui lui préfère l’union contre le FN.

Maintenant, en route pour le second tour, et pour faire en sorte que le FN ne gagne aucun canton !

Pas un canton pour le FN

Montée du FN aux cantonales
Étiqueté avec :                

2 pesnées sur “Montée du FN aux cantonales

  • 25 mars 2011 à 14 02 12 03123
    Permalien

    L’abstention n’est pas la faute des médias, si il faut attendre que les médias parlent de quelque chose pour que les français s’y intéresse, alors où va le monde ??!!
    J’ose penser que les français sont assez intelligents pour pouvoir encore réfléchir et penser par eux-mêmes …
    C’est tout simplement la faute à certains politiques et au gouvernement qui ont volontairement délaissés cette élection, sachant qu’ils allaient la perdre à coup sûr !
    Et puis tout simplement, est-ce que les français s’y intéresse vraiment, à cette élection ? Apparemment pas … donc ça veut dire à mon sens que les élections cantonales ne fonctionnent pas car elles ne sont pas bonnes …

    • 27 mars 2011 à 19 07 25 03253
      Permalien

      Effectivement, les médias ne sont pas responsables, mais jouent un rôle dans la désinformation. Toutefois, le vrai problème vient surtout, je pense, de l’illisibilité du scrutin, n’ayant lieu que sur un canton sur deux.

Commentaires fermés.